vendredi, le 12 avril 2019.

Yarnsnob ou snob tout court ?

Il y a quelques mois, j’ai entendu pour la première fois le terme "yarnsnob" dans un podcast. Prononcé sur un ton badin et léger qui rendait l’expression quasi agréable. Quasi. Parce que si j’aime me laisser séduire par ces contractions nominales que la langue française peut envier à la langue de Shakespeare, j’aime aussi m’intéresser à l’impact des mots sur notre imaginaire et sur nos perceptions de la réalité.

S’il y a des "yarnsnob", entendez par là des snobinards de la laine qui ne jurent que par les fils de luxe, il doit y avoir un opposé, une classe inférieure brimée. Oui, je suis très "lutte des classes", persuadée que les richesses devraient être mieux réparties, pour le revenu universel et pour un tas de droits qui s’émoussent lentement, voire qui n’ont jamais existé. Bref, je me suis interrogée parce que, oui, je m’interroge beaucoup, sur les autres et sur moi-même aussi, surtout. Suis-je "yarnsnob", dans les faits, dans le contexte dans lequel naquit ce terme, dans sa définition ? Suis-je donc par la même occasion "excluante" ? Mon contenu est-il excluant ?

Je ne sais pas si mon contenu est excluant, mais en tous les cas il ne se veut pas comme tel. Je pense que peu importe la laine que je tricote, mes revues sur les patrons, mes expériences concrètes de tricot, mes partages sur certains points ou certaines techniques sont valables pour tout le monde, quelle que soit la laine tricotée. Et moi-même, je n’exclus pas les podcasts ou les blogs que je suis sur base de la laine utilisée. Je me nourris des expériences de beaucoup de personnes différentes. Différentes dans leur approche du tricot, dans leur choix de laines ou de patrons. Et j’apprends énormément, de tout le monde.

Mais alors pourquoi est-ce que j’exclus certaines laines de ma pratique ? Est-ce un comportement snob ? Suis-je "riche" ? Suis-je "snob" ? Qu’est-ce que je pense réellement des tricoteuses qui n’utilisent pas les mêmes qualités de laine que moi ?

Je sais, je n’ai pas besoin de me "justifier" et ce n’est pas dans cette logique de justification que j’écris cet article. D’ailleurs sachez que je n’aborde pas ce sujet avec les personnes qui ne tricotent pas. Elles pensent ce qu’elles veulent, je m’en fous. Si j’écris cet article, c’est parce que, bon sang de bois, je tiens un blog tout simplement, un blog tricot, et que je choisis d’y aborder des sujets qui me semblent pertinents à partager. Et parce qu’être blogueuse, pour moi c’est aussi partager un univers personnel et unique et donner des précisions quand on en ressent le besoin. Ne confondons donc pas justifications et partages...

Rien n’est jamais tout noir ou tout blanc. Mettre les faits et pensées en mots peut parfois figer des sujets qui en fait ne le sont pas du tout ou dont les frontières avec les limites du paradoxe sont poreuses. Nous faisons tous des choix à un moment donné et j’ai fait les miens sur certains sujets, cela ne signifie pas que je condamne en permanence les choix des autres. A la question : qu’est-ce que je pense des personnes qui ne tricotent que des laines bon marché et/ou de l’acrylique : rien. Parce que je sais qu’elles ont leurs raisons. Et j’attends d’elles qu’elles ne me condamnent pas non plus, parce que, moi aussi, j’ai mes raisons.

Les raisons de mon "snobisme"

Ces dernières années, je me suis pas mal renseignée sur les sujets environnementaux, bien avant que ce soit "à la mode" et repris par des influenceurs et influenceuses de tout bord. Tris des déchets, pollutions, pesticides (et oui je ne suis pas que "yarnsnob", mais "foodsnob" aussi :p). Je boycotte pas mal de marques, de magasins, chaque achat est réfléchi dans ses différents aspects, financiers bien sûr, mais pas que. Je tente donc tout simplement d’appliquer certaines valeurs de ma vie quotidienne à ma passion pour le tricot. Je dis bien "je tente".

Quand je me suis remise au tricot "pour de vrai", j’ai décidé de ne pas tricoter de fibres issues de la pétro-chimie, notamment parce que ces fibres polluent les eaux dans lesquelles elles sont lavées, mais aussi parce que, par principe, j’essaye d’éviter autant que je peux les produits dérivés du pétrole (et non, c’est pas facile, c’est pour ça que c’est "quand je peux"). D’un point de vue plus personnel, je n’aime pas trop le toucher de ces matières, je les trouve désagréables à tricoter et à porter. Je me dirige donc vers d’autres fibres.

J’essaye aussi de choisir au mieux la provenance de mes fils, j’évite donc autant que j’y arrive certains revendeurs. Je ne voudrais pas contribuer à de la maltraitance animale, humaine, de la pollution à outrance et évitable etc.

Enfin, j’aime l’idée de contribuer à faire vivre des artistes et des artisans dans un système où ils ont de moins en moins leur place. Parce qu’ils ne sont pas mis en valeur, parce que leurs talents ne sont pas reconnus, parce qu’ils font face à des géants qui font croire que leurs tarifs sont prohibitifs, parce qu’ils ont droit à un salaire horaire correct et qu’il n’est pas normal que les salariés touchent si peu qu’ils ne peuvent pas faire vivre les artisans correctement. Tout est fait pour que nous ne puissions nous acheter que des produits bas de gamme fabriqués à très grande échelle. J’essaye de contribuer le moins possible à cet état de fait. Donc oui, je me tourne autant que faire se peut vers des teinturières indépendantes, que leurs teintures soient naturelles ou non pour le coup (ma pratique du tricot n’est pas exempte de faux pas éthique, c’est certain).

Ah ben ouais, t’es snob quoi...

"Oui mais si tu sais faire tout ça, c’est parce que tu en as les moyens".
Certes, je ne fais pas partie de cette couche de la population qui, malheureusement, doit compter chaque jour ses dépenses au centime près et qui doit se priver de plusieurs repas sur le mois. J’ai une marge qui me permet de faire des choix en matière de loisirs, c’est vrai. Mais.... ma snobitude s’arrête là.

...oui, mais non.

Je n’ai pas de voiture (oui ça aussi j’ai la chance de pouvoir l’éviter, mais cela implique de nombreuses contraintes aussi que je ne listerai pas ici, ce n’est pas le sujet), je ne pars jamais en vacances (et je le vis bien), j’ai banni les achats compulsifs, j’évite les sorties payantes, je mange peu de produits transformés, j’achète peu en général et me tourne vers la seconde main autant que possible, je fais attention à ma consommation de gaz, d’électricité et d’eau etc. Je pourrais continuer pendant des heures, mais je pense que vous avez compris. Et si je ne faisais pas tout "ça", je ne pourrais pas me payer des écheveaux de teinturières indépendantes, croyez-le. Et déjà comme ça, je ne tricote pas tous mes ouvrages avec des écheveaux à 23eur/pièce.

Un autre aspect et pas des moindres c’est que je ne tricote pas vite. Je ne ponds pas deux paires de chaussettes, deux pulls et un gilet sur le mois. Niveau budget laine, ça aide.

Conclusion

Snob : personne qui admire et imite sans discernement les manières, les goûts, les modes des milieux dits distingués.

Oh gosh, j’aurais dû commencer l’article par cette définition, non ? ;)

Rejoins-moi sur les réseaux ! =)
Facebook
Instagram

Et si tu lisais aussi:

Laissez-moi un commentaire

15 commentaires
  • zencindy , le vendredi 12 avril 2019, à 11:01

    Coucou, j’ai bien aimé ton article , et sûrement parce que je me trouve du côté des gens qui y de l’acrylique. Je trouve dommage qu’on ai a se justifier sur ce que l’on fait ou choisi. Mais nous avons tout de même expliqué un peu ça dans notre dernier épisode de podcast qui va sortir prochainement. En tout cas je continue de suivre tes aventures laineuses et ce même si tu tricote des laines bien plus chère que les miennes 😉 a bientôt

    Répondre à ce message

    • Vanessa Pesades , le vendredi 12 avril 2019, à 11:17

      Je suis contente que tu l’aies apprécié ! Je n’ai bien sûr pas encore vu le podcast qui n’est pas encore sorti, mais je suis certaine que vous aurez bien expliqué cela. Je ne le vivrai pas comme une justification, mais plus comme un partage de vos pratiques et de vos contextes respectifs et je trouve ça super intéressant. Si on passe outre la barrière du jugement, on s’enrichit et on développe son empathie. Et moi aussi je continue à vous suivre parce que vous avez tellement de choses intéressantes à partager et que vous le faites bien !

      Répondre à ce message

  • Drechichounette , le vendredi 12 avril 2019, à 11:16

    Je me retrouve beaucoup dans ton témoignage ! Je privilégie aussi le travail des teinturière indépendantes et de préférence locales (même si je craque régulièrement pour les merveilles d’air de lune). Même là j’ai eu tendance à l’excès parce que financièrement je peux me le permettre mais j’essaie depuis l’an dernier d’être plus mesurée et d’acheter moins. Je stocke encore trop mais je m’améliore ! Et bien sûr je ne juge pas les gens en fonction de ce qu’ils tricotent ! On a pas tous les même moyens et l’acrylique à aussi des avantages (passage en machine par exemple... Pour les vêtements d’enfants c’est un vrai plus !). Quand on me demande conseil (j’ai initié des collègues au tricot) je propose d’abord des fils qui correspondent à mon éthique (fonty plutôt que drops par exemple) mais je m’adapte bien sûr à la demande, aux besoins et 1ux moyens de la personne en face !

    Répondre à ce message

    • Vanessa Pesades , le vendredi 12 avril 2019, à 11:26

      Ca me fait plaisir de te lire par ici ! Merci d’avoir pris ce temps.
      Pas d’excès pour moi, je contrôle minutieusement mon stash depuis plusieurs mois, mais comme expliqué dans l’article, je fais des choix personnels et rogne sur certaines choses. Maintenant, c’est vrai qu’on peut se permettre des choses que d’autres ne peuvent pas, mais on est tous le snob de quelqu’un j’ai envie de dire, vu le niveau de pauvreté qui ne fait qu’augmenter et se stratifier. Quant aux conseils, je fais comme toi et je dois dire que je suis bien contente qu’il existe maintenant des podcasts de qualité où les fils moins chers sont bien passés en revue, de manière intelligente. Cela me permet d’orienter au mieux les personnes qui m’interrogent et qui veulent se diriger vers ce type de fil.

      Répondre à ce message

  • Vero , le vendredi 12 avril 2019, à 12:08

    Je me souviens au début de ma reprise tricotesque, je ne jurais que par « BdF », ne connaissant pas le monde du tricot, après m’y être penchée, lu, testé d’autres fils, comparé les prix et les matières, j’essaye de jongler entre qualité, éthique et prix. Ce qui n’est pas évident car, l’éthique disparaît souvent au dépend du prix. Je ne peux me permettre de mettre de gros budget chaque mois, j’essaye de me faire plaisir avec des achats plus réfléchis. Drops, ou BdF, et à l’occasion je peux acheter en destach de jolis écheveaux. Et c’est un réel plaisir alors. Cependant ne mélangeons pas tout, yarsnob non, yarnpleasure yes !!!

    Répondre à ce message

    • Vanessa Pesades , le vendredi 12 avril 2019, à 13:10

      Aaaah ouiiii ! "Yarnpleasure", c’est excellent ! Je prends :D
      Merci pour ton message tout à fait pertinent. C’est dur effectivement de jongler entre prix, qualité et éthique et malheureusement, c’est tout un système qui est construit pour que ça fonctionne comme ça. Et les artisans en sont les premières victimes, ce qui m’agace de plus en plus avec le temps.

      Répondre à ce message

  • amranenadiaknit , le vendredi 12 avril 2019, à 12:15

    Super article. Je découvre ton blog par n intermédiaire de ton concours insta. Merci pour la decouverte

    Répondre à ce message

  • Oceanelys , le vendredi 12 avril 2019, à 12:45

    Coucou,
    Je te rejoins sur par mal de points je pense.
    J’ai commencé le tricot adolescente avec des petits moyens. Le marché à proximité me permettait d’acheter des pelotes à 1€ en Acrylique et je faisais essentiellement des peluches pour moi donc cela convenait très bien.
    J’ai commencé à m’intéresser à l’environnement, à la provenance de ce que je mange et achète depuis l’apparition de certaines allergies. J’ai donc pris l’habitude de tout regarder et ça fait peur parfois ! et je commence à faire cela aussi avec la laine. Je choisis entre laine artisanale et la Bon marché selon le projet : un pull pour homme en écheveaux à 20€ pièce, ce n’est pas possible budgétairement, ces belles laines je les garde pour des débardeurs ou châles.
    Quand je souhaite utiliser la laine Bon marché, je regarde d’où elle provient, privilégie les "petits revendeurs" au lieu des grandes firmes.
    Personnellement, je fais donc du cas par cas et je trouve cela intéressant d’échanger à ce sujet car nous avons tous des expériences, une approche, un mode de vie... bien différent et que nous pouvons toujours apprendre des autres ou en tout cas s’ouvrir aux autres.

    Répondre à ce message

    • Vanessa Pesades , le vendredi 12 avril 2019, à 13:06

      J’ai adoré ton retour, il est très intéressant. J’ai aussi développé des allergies et des intolérances qui se sont aggravées avec le temps. Et, comme toi, je fais au cas par cas. Je ne tricote que des accessoires pour mon fils qui est en pleine croissance pour quelques temps encore. Pour mon chéri, pas de laines teintes à la main non plus (et il le comprend très bien), mais je lui prends quand même de beaux fils que je choisis avec lui comme de la Rowan, de la de rerum natura etc. (surtout qu’il est encore plus sensible que moi aux questions environnementales ;) ). Et pour moi, cela dépend des projets, et toujours de la fingering jusqu’à présent. On fait comme on peut avec qui on est et ce que le système nous impose directement et indirectement.
      En tous les cas, je t’encourage à parler de tes trouvailles "éthiques" bon marché chez les petits revendeurs dans tes podcasts parce que je serai là pour prendre des notes ! Gros bisous

      Répondre à ce message

  • Cyann_21 , le vendredi 12 avril 2019, à 19:38

    J’aimebien ton article, je ne le trouve pas moralisateur contrairement à certains posts instagram ou autres articles de blog. Après, chacun sa façon de vivre et son choix de vie en fonction de ses convictions et aussi et surtout de son budget. Je t’ai découvert lors du tournoi de knittich ( vive les Poufsouffle) et j’aime beaucoup ton univers.
    À bientôt

    Répondre à ce message

    • Vanessa Pesades , le samedi 13 avril 2019, à 09:31

      Hello, je me souviens très bien de toi, d’ailleurs je te suis aussi ;)
      Je suis soulagée que mon article ne soit pas perçu comme moralisateur. C’est aussi pour ça que je préfère traiter des sujets polémiques de la tricosphère sur le blog avec un temps de décalage (parfois long) et pas "à chaud". Je suis un être humain comme tout le monde et sous le coup de certaines émotions, je pourrais bien sûr paraître moralisatrice ou utiliser des termes qui dépassent ma pensée. Ici, dans mon espace, je peux prendre le temps de me poser, de choisir les bons termes et de faire ressortir ce que je pense réellement au fond de moi
      A très vite !

      Répondre à ce message

  • Rggirl1979 , le samedi 13 avril 2019, à 01:07

    C’est article à le mérite d’être écrit à la perfection. Je n’aurais pas pu faire mieux. Bravo.
    Je suis absolument d’accord sur le fait que chacun fait ses propres choix et c’est encore mieux qu’en c’est en pleine connaissance des causes, on l’oublie trop souvent, dans beaucoup de domaine. Pensez aux conséquences de ses actes dans nos achats , actions de tout les jours : comme est-ce que j’utilise le bon produit pour l’imiter la pollution par exemple, est ce que je jette mes déchets dans la bonne poubelle...
    Je prendrai plus de temps pour lire vos sujets, car celui-ci est plus que pertinent.
    Merci de ce partage ;)

    Répondre à ce message

    • Vanessa Pesades , le samedi 13 avril 2019, à 09:26

      Quel compliment ! Merci beaucoup, je suis très touchée ! Effectivement, le fait d’agir et de faire des choix en conscience est très important pour moi. En conscience et en connaissance, pas comme des automates ou des moutons. Au plaisir de vous relire par ici !

      Répondre à ce message

  • Odette (chardondoux sur ravelry) , le dimanche 21 avril 2019, à 14:43

    j’adore ta manière de voir les choses, que je partage depuis ... ma naissance sans doute : situation de mes parents et ensuite choix de vie ... la concrétisation est différente chez nous, mais les bases sont semblables. Cela fait du bien ...

    Répondre à ce message

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

.

Bienvenue...


.. sur mon blog tricot ! Tricoter est devenu essentiel pour moi, j’y ai véritablement trouvé ma voie/voix dans tous ses aspects. Ce blog est la porte ouverte vers mon univers, mais aussi vers le tricot en tant qu’art et artisanat. En espérant que, vous aussi, vous y trouviez votre voie/voix. Pour en savoir plus, je vous invite à lire ma rubrique "Causeries" et à vous promener sur le blog ! Bonne visite !

*Lien affilié

Recherche


Me suivre, ailleurs ...


LoveKnitting *Lien affilié

Portfolio