mercredi, le 30 octobre 2019.

Le tricot, insta & moi

Je suis une fille à... interrogations. Je m’interroge beaucoup, tout le temps, sur tout. Au point que souvent, dans ma tête, il y a des fils de discussions avec moi-même à suivre de partout, c’est tellement dense que je n’ai pas toujours l’énergie de traduire en mots.

Mais parfois, au détour d’un événement, une petite étincelle (ou une grosse explosion, c’est selon) va mettre en branle le mécanisme qui me permet de mettre au jour (et à jour aussi éventuellement) une partie de ce colloque (non pas cloaque) interne.

Ces derniers temps, ce sont plusieurs événements qui, mis bout à bout, m’ont décidée à faire un petit point sur, entre autres, les trois sujets évoqués dans le titre de cet article. Autrement dit comment articuler ma passion pour le tricot, mes réticences envers les réseaux sociaux et ... qui je suis.

Le dernier événement en date est que j’ai atteint les 500 abonnés sur Instagram et que oui, ça fait une différence, je crois que c’est la goutte d’eau qui me fait sortir d’une certaine réserve (nb : à l’heure où vous lirez ces lignes, je n’aurai plus autant d’abonnés, explications plus bas).

Cet article, je l’écris pour mettre les choses au clair, avec moi-même, mais aussi avec vous qui me suivez, de près ou de loin.

La première question qui devrait venir tout naturellement à l’esprit est : pourquoi se rendre visible, que ce soit à travers un blog ou les réseaux sociaux.

Pour moi, c’est très simple. Tenir un blog est tout simplement un rêve de gamine. Oui je sais, c’est con dit comme ça. J’ai assisté à la naissance des blogs et je trouvais ce système de partage fascinant. A l’époque, je n’ai pas pu/su ouvrir le mien. J’ai eu plusieurs blogs dans ma vie d’adulte, le temps de me trouver et de trouver sur quoi et comment je voulais partager. J’ai plusieurs centres d’intérêt mais le tricot me semble le sujet idéal sur lequel communiquer et partager.

On ne va pas se mentir, bien sûr que j’ai envie d’être lue, au moins un peu, et de partager sur le sujet, au moins un peu aussi. Du coup, à notre époque, les réseaux sociaux sont évidemment un passage quasi obligé pour se faire connaître (là aussi, au moins un peu). Donc me voilà sur les réseaux sociaux, pour mon blog au départ.

Instagram, un sujet d’étude au quotidien ?

Oui, clairement. J’observe, j’analyse, je tâtonne, j’aime, je déteste. Je ne me sens pas à l’aise en public IRL et c’est la même chose sur les réseaux. Donc j’observe les habitudes, les règles tacites, les jeux de dupes, etc. Et je m’interroge dans mon coin.

La tricosphère a fort évolué en deux années, de plus en plus gagnée par un certain type de marketing, par les codes des autres sphères (je pense notamment à la sphère "beauté") au point que j’ai commencé à sentir mon énergie aspirée à chaque connexion. Trop, trop vite. Je me suis désabonnée de la plupart des "influenceuses", même si je regarde encore leurs podcasts. Trop de concours, trop de publications, trop de partenariats, trop de grosses ficelles, trop de beaucoup de choses (et pas que chez les "influenceuses").

Sans parler des stories qui ont pris une ampleur énorme. J’ai mis du temps à mettre le doigt dans l’engrenage de ces stories que je jugeais chronophages, sans fin (et qui se mangent sans faim aussi) : une sorte de piège intégral en fait. Ca dure 3 secondes, c’est rien. Sauf que 3 + 3 + 3.... Et maintenant que j’ai bien expérimenté la chose, que je ne peux que difficilement m’empêcher de poser le doigt sur le petit cercle fatal "parce qu’on ne sait jamais", je pense que je vais tout simplement être encore plus sélective.

Et moi, en tant qu’"instagrameuse" dans tout ça ?

J’ai personnellement à coeur de ne pas vous noyer de publications. Je suis persuadée que c’est aussi plus sain pour moi de toute façon.

Bien que j’ai amélioré mes photos au fil du temps, le but n’est absolument pas de trouver des sponsors, des partenariats ou autre. Je dis les choses clairement : je n’en veux pas. Je n’ai pas non plus comme arrière-pensée de vous vendre quelque chose. Je ne dis pas que ça n’arrivera jamais car je n’ai pas de boule de cristal, mais je n’ai aucun plan "caché" Je ne cherche pas à accumuler les followers pour sortir un produit au moment propice. Il est vrai que j’ai créé deux designs, très modestes ceci dit, et que j’aimerais les montrer et les rendre accessibles, mais je ne sais pas encore comment et c’est loin d’être une priorité.

Je n’ai pas l’intention non plus de sortir un podcast ou de me montrer sur IGTV. Je n’ai rien contre les personnes qui le font. Je suis une consommatrice de podcasts et je suis heureuse qu’ils existent pour mon propre plaisir. Mais ce n’est pas un exercice pour moi. Je n’en vois pas l’intérêt, mon besoin c’est d’écrire, un peu en mode rat de bibliothèque, pas de parler toute seule devant un objectif (je déteste les objectifs de toute façon).

Vous ne verrez pas non plus des photos de ma famille ou de mon foyer.

Pour ce qui est des stories, j’ai mis plus de temps à en produire encore qu’à en consommer. J’ai testé plusieurs fois, sous différentes formes. Aujourd’hui, je me sens piégée par le concept et je vais sans aucun doute arrêter d’en faire ou les limiter au maximum.

Bref, vous pouvez constater que toutes ces choses que je fais ou ne fais pas vont plutôt à l’encontre des bonnes pratiques pour augmenter ses followers et sa visibilité. C’est un choix mûrement réfléchi et je suis à l’aise avec ça. Au point de vous l’écrire.

Mais soutenir les autres reste pourtant essentiel pour moi. J’ai déjà évoqué à plusieurs reprises mon dégoût face aux difficultés que les artisans et autres micro-entrepreneurs rencontrent pour gagner dignement leur vie. C’est pourquoi je soutiens quelques personnes sur Patreon, des personnes qui, pour moi, apportent quelque chose de réellement unique à la tricosphère. C’est aussi pourquoi j’achète autant que je le peux auprès des teinturières indépendantes, etc. Donc je continuerai à soutenir ces personnes, mais il est clair que mon impact via instagram sera moindre si je ne respecte pas les "règles du jeu". Il y a sans doute une vraie réflexion à avoir sur le business du tricot, la mienne n’est pas encore assez aboutie pour que je la mette en mots, certaines choses me dérangent, d’autres pas. C’est délicat car cela touche directement nos valeurs à tous, valeurs qui sont différentes d’une personne à l’autre. Ce qui est certain pour moi c’est que le tricot en tant qu’art et artisanat est à chérir, à valoriser et que tous les acteurs de la tricosphère sont importants.

Réseautage, partage... vous reprendrez bien un peu de crabe ?

Oui je sais, il y a de très belles choses sur les réseaux. De beaux combats, de beaux messages, de belles personnes. Mais pas que. Comme dans la vraie vie quoi. Personnellement, quand je m’abonne à quelqu’un, c’est parce que je marque un réel intérêt pour son compte, son travail si c’est un compte business, son univers, sa passion, son loisir. Il y a une vraie curiosité de ma part. Et quand j’ai un coup de coeur, je le vis pleinement. Je n’attends rien en retour. C’est toujours avec un réel plaisir que je partage alors l’univers/le travail de la personne. Vous retrouvez en général ces personnes sur le blog et il n’y a jamais de partenariat derrière. Elles découvrent d’ailleurs toujours les articles en même temps que vous, pas avant (sauf pour les interviews évidemment, que je compte continuer).

Seulement, tout le monde ne fonctionne pas comme ça. Et mon côté naïf et idéaliste fait que je n’arrive pas à concevoir que tout le monde ne fonctionne pas comme ça (c’est pas faute de le savoir pourtant). Des fois, je repère les personnes intéressées de loin, parfois pas. Et plus mes abonnés augmentent, plus je suis contactée par des personnes faussement intéressées (enfin si, uniquement par elles-mêmes). Je constate qu’il n’y a pas que les comptes "business" qui sont la cible de personnes intéressées ou qui se prennent des coups que ce soit de face ou dans le dos. Et ces personnes intéressées ne sont elles-mêmes pas forcément dans un "vrai" business, aussi fou que ça puisse paraître. La course à la visibilité de son propre ego peut suffire.

Des personnes prêtes à venir ramasser vos miettes, il y en a, même si vous n’êtes... personne. Je laisse chacun juge devant son miroir pour ces choses-là. Mais faites-moi plaisir, si vous en êtes, ne perdez plus ni votre temps ni le mien à me faire les yeux doux que ce soit en public ou en privé.

J’ai eu en tête de fermer mon compte pour me protéger, en me disant à quoi bon, à quoi bon laisser la porte ouverte à des comportements toxiques, malsains alors que je cherche à mettre un maximum de sérénité dans ma vie. A quoi bon me demander à chaque message, à chaque partage, à chaque commentaire gentil si la personne est sincère et désintéressée ou pas.

Parce que ce serait me priver comme me l’a dit une tricopine récemment. Je me priverais de faire briller mes yeux devant le talent de certaines (les designeuses, les teinturières, les vendeuses et créatrices en tout genre qui me font de beaux sacs à ouvrage, des beaux pin’s qui sont comme des trésors et des beaux anneaux marqueurs). Je me priverais aussi de superbes rencontres comme j’ai déjà pu le faire par le passé et de merveilleux messages privés plein de sincère bienveillance comme j’ai reçu récemment. Il y a quelques jolies étoiles de mer entre les paniers de crabes. J’en ai déjà trouvé quelques unes. S’il y en a d’autres à trouver, je n’ai pas envie de passer à côté.

Et le tricot dans tout ça ?

Là aussi l’influence peut jouer. Nous sommes des êtres humains et les réseaux sociaux sont construits pour nous manipuler qu’on le veuille ou non, qu’on en soit conscient ou non, ils nous influencent, ils nous font nous comparer.

Je ne peux décemment pas partager ma passion pour le tricot sur un mode qui ne me convient pas à moi en tant que simple "consommatrice/followeuse".

Donc pas de frénésie, pas de partenariat, pas de test, pas de calcul si ce n’est celui de remplir ma garde-robe comme je l’entends. Mais ça je pense que c’était déjà une évidence et que vous ne vous posiez pas trop de questions à ce sujet.

Cela implique aussi que je ne peux pas publier régulièrement sur le blog. Des fois vous aurez pas mal d’articles sur une courte période et des fois il y aura des moments d’absence bloguesque. Je veux privilégier la qualité de mes articles. Faire de ce blog un endroit réfléchi et pas un fast food du tricot. Avec l’expérience, je me rends compte que de vous parler d’un pull alors que je viens de le terminer n’a pas tout son sens, je préfère désormais le porter plusieurs fois avant. Pareil pour la laine, je tricote une laine pendant parfois un an avant de vous en parler.

Et ce qui est valable pour mon blog doit l’être aussi pour mon compte instagram, même si cela ne plaît ni à l’algorithme ni à un certain public.

En résumé

Je vais essayer de résumer l’essentiel de ma pensée et des résultats de ma longue introspection.

J’ai envie de me protéger autant que possible, mais pas de fuir non plus. J’ai donc réfléchi aux dispositions à prendre pour ce faire. Elle peut se résumer en un mot : réduire.

Réduire ma présence
Ne pas poster si je n’ai pas envie (tant pis pour l’absence de régularité), si je n’ai rien à montrer, ne pas tricoter de multiples choses juste pour avoir quelque chose à montrer, éviter de poster les weekends. C’est déjà ce que je fais depuis un petit temps, mais le formuler ne peut que faire du bien. Quant aux stories, là aussi, sauf exception, je pense que vous n’en verrez plus beaucoup.

Réduire ma visibilité
Réduire ma présence c’est de facto réduire ma visibilité. Ce que je fais déjà et que je vais continuer à faire, c’est de ne pas taguer les gens à tout bout de champ. Quand je vous présente succinctement mes lectures, je ne tague ni l’auteur ni la maison d’édition. Si vous me demandez d’où vient la tasse sur la photo, je ne tague pas non plus. Si je vous montre 10 fois un ouvrage tricoté ou une laine, je ne vais pas taguer 10 fois la designeuse ou la teinturière. En gros, je ne joue pas le game à fond. Et je m’en porte mieux. Qui aime le bruit ? Pas moi. Réduire ma visibilité, c’est aussi réduire le nombre d’abonnés et ralentir le franchissement de certains paliers, comme celui des 500 abonnés. J’ai donc trié mes abonnés et bloqué une trentaine de personnes qui n’avait rien à faire là (aucun like sur mon compte, aucun tricot sur le leur, des messieurs qui montrent leurs muscles, des coach de toutes sortes, des vendeurs de meubles etc.).

Réduire ma participation
Ou plutôt, participer autrement. Je n’ai plus aucune envie d’organiser des concours. J’en ai peu fait, ce n’est pas pour rien. Ce game-là ne me plaît pas non plus. Pourtant j’ai envie de vous gâter, mais autrement. De manière saine pour tout le monde, parce que franchement, ce n’est pas en organisant des concours qu’on ramène le public qui accrochera le plus sincèrement à notre univers. Il suffit d’organiser un ou deux concours pour s’en rendre compte. La qualité, pas la quantité.

Réduire la frénésie
Un seul mot : slow. Slow fashion. Slow tricot. Slow tout ce qu’on pourra. Réduire la frénésie, c’est réduire le bruit.

Mais au final, ne serait-ce pas réduire pour renforcer ? La qualité, pas la quantité, encore une fois ? Je vous laisse en juger.... A chacun ensuite de ne pas se perdre et de rester "aligné". Pour moi cela passera par une présence moins régulière et moins visible sur Instagram et les réseaux sociaux en général. Au final, je suis assez discrète dans la "vraie" vie et je pense que c’est le mode de fonctionnement qui me convient le mieux, partout.

PS : moins de temps sur les réseaux, cela signifie plus de temps pour écumer les livres tricot, approfondir les techniques et plus de temps ici. Alors, à très vite sur le blog !

Le mot de la fin : MERCI. Merci à toutes les personnes authentiques qui me suivent. Merci à toutes les personnes qui apprécient mon univers tel qu’il est, avec ses forces et ses failles. Merci aux personnes qui sont là pour moi sur insta alors qu’elles n’aiment pas les réseaux sociaux. Merci aux personnes qui prennent sur leur précieux temps pour venir me lire ici, sur le blog, que vous commentiez ou pas, vous êtes là et c’est le principal.

Rejoins-moi sur les réseaux ! =)
Facebook
Instagram
Mastodon

Et si tu lisais aussi:

Laissez-moi un commentaire

20 commentaires
  • Christelle , le mercredi 30 octobre 2019, à 12:45

    Merci Vanessa pour le fruit de tes reflexions. Certaines font beaucoup écho chez moi aussi et j’aspire à trouver une voie, qui, faute d’être "dans les règles de l’art" ou dans le "game", sera la mienne. Je m’y sentirai bien et à ma place. Si elle est compatible avec mes objectifs tant mieux ! Si non, je changerai mon fusil d’epaule ! De gros bisous.

    Répondre à ce message

    • Vanessa Pesades , le mercredi 30 octobre 2019, à 12:52

      Merci pour ton commentaire. Il me touche énormément et me réchauffe le coeur. Trouver sa place, être réellement aligné est un travail de longue haleine. Tant dans sa vie pro que dans sa vie perso et ses loisirs au final. Je crois que cela demande beaucoup de courage, d’amour de soi et de réflexion intense et profonde. Savoir se protéger aussi, ce qui n’est pas si facile. Je t’embrasse et t’envoie plein de paillettes de sérénité.

      Répondre à ce message

  • zencindy , le mercredi 30 octobre 2019, à 13:08

    Coucou Vanessa, merci , merci de souvent réussir a mettre des mots sur des sentiments et des réflexions que j’ai aussi. Avec un autre angle de vue, des choix différents mais au fond ton analyse pose un peu mes pensées. J’apprécie le concept de faire ce que l’on a envie de faire en respectant nos valeurs. Je suis sans cesse en questionnement sur les réseaux sociaux, les codes, ce qu’il faudrait faire, ce que j’ai envie de faire, ce que je suis capable de faire et ce que je fais au final. Je tente de rester moi mais j’ai souvent aussi ce repli nécessaire juste parce que dans cette mer on peut vite se noyer. Je pense que je reviendrai sur cet article souvent 🤗 Prends bien soin de toi 😘

    Répondre à ce message

    • Vanessa Pesades , le mercredi 30 octobre 2019, à 13:28

      Merci pour ton retour. Je suis très heureuse de voir que mon article a fait écho, c’est toujours rassurant non ? :) Je pense que, comme tu le dis, le repli, les temps de pause sont indispensables et salvateurs même s’ils ne plaisent pas aux algorithmes. Prends bien soin de toi aussi !

      Répondre à ce message

  • pelote et repelote , le mercredi 30 octobre 2019, à 13:12

    Merci pour ces saines réflexions ! J’avoue que je suis aussi tombée dans le piège d’instagram et même si le nombre d’abonné est délirant, j’ai beaucoup moins de visibilité sur le podcast et le blog, ce qui me rappelle que les partages, je les fais par essence pour moi, de le manière qui me convient. Et ils m’ont tout de même permis de rencontrer de belles personnes et d’avoir des échanges de qualité. Les concours et partenariats en tous genres me fatiguent, même si pour les marques, c’est une part importante du développement de leur com’, alors j’essaie de ne pas juger de leur pertinence. Et pour conclure, je promets solennellement de ne pas montrer mes muscles pour pouvoir continuer à te suivre :)

    Répondre à ce message

    • Vanessa Pesades , le mercredi 30 octobre 2019, à 13:23

      Effectivement, c’est ça qui est hallucinant : tomber dans le piège est si facile. Vouloir fuir aussi au final alors que, comme tu le dis, il y a de très belles rencontres à faire. Et je partage ta vision sur les concours et partenariats des marques, je suis consciente que ce n’est pas évident pour elles, elles sont les premières touchées par certains effets pervers au final.

      PS : s’il y a un bout de tricot non loin de tes muscles, ça ira, je te garde :p (tu m’as bien fait rire !)

      Répondre à ce message

  • Cyann21 , le mercredi 30 octobre 2019, à 13:23

    Encore un bel article qui fait s’interroger sur les réseaux sociaux et l’égo. Il m’arrive de faire de grosses pauses insta, surtout quand j’ai l’impression de voir toujours la même chose et les mêmes personnes qui postent. J’ai déjà commencé un gros tri dans les,personnes que je suis et qui me suivent. Mais il y a encore beaucoup de tri à faire. En tout cas c’est toujours un plaisir de te lire que ce soit ici, sur ravelry ou sur insta.
    Bisous
    Cécile

    Répondre à ce message

    • Vanessa Pesades , le mercredi 30 octobre 2019, à 13:32

      Merci !!! Je pense que le tri est nécessaire. Régulièrement, faire le tour de ses abonnements et se désabonner des comptes qui ne nous conviennent pas ou plus. Je pense qu’il y a un nombre d’abonnements à ne pas dépasser sinon on se sent forcément noyé, du moins c’est mon cas ! Je suis super émue de savoir que tu me lis avec tant de plaisir. Echanger comme ça avec vous tous en sachant qu’on est sur la même longueur d’onde est une vraie bouffée d’air pur !

      Répondre à ce message

  • @bellessaisons , le mercredi 30 octobre 2019, à 16:10

    Magnifique introspection et magnifique rendu en mots d une belle sincérité. Un grand merci à toi. Tu sais que je partage cette réflexion dans son intégralité. Tu sais que je suis très irrégulière dans ma présence sur insta, tu sais pourquoi et tu sais que je suis en équilibre sur ce fil de rester ou de partir. Mais comme toi le désir de ne pas perdre certaines belles personnes, ce qu’ elles m apportent et ce que nous partageons, me retient toujours au dernier moment. Alors je suis toujours là, et toujours en équilibre. Mais aujourd hui ton écrit me donne envie de rester car je me sens comme moins seule et en harmonie avec d autres. Encore merci.

    Répondre à ce message

    • Vanessa Pesades , le mercredi 30 octobre 2019, à 16:35

      J’ai énormément pensé à toi en écrivant ces lignes que j’ai retournées encore et encore pendant des jours. J’ai pensé à nos conversations privées et à tes aller-retour. Je savais qu’il te plairait ;) Et comme tu le vois ici et sur insta dans les commentaires, tu n’es pas la seule. Je pense qu’il y a une bulle dans la bulle, c’est une bonne nouvelle, à nous de la préserver. Mais il ressort aussi des échanges que j’ai eus que les aller-retour sont aussi nécessaires pour préserver cet équilibre. Se préserver reste important quoi qu’il en soit.

      Répondre à ce message

  • Lafeeoisive , le mercredi 30 octobre 2019, à 18:56

    Je me retrouve beaucoup dans ta réflexion, et tes conclusions.
    Après des débuts sur IG où je me suis laissé emporter par l’enthousiasme, petit à petit, et c’est visible sur mon compte, les publications ce sont espacés. Cela me convient ainsi. Je suis moins visible mais plus en accord avec moi même, je n’ai pas le sentiment d’être une vitrine publicitaire.
    J’ai un blog que j’aimerai reprendre, mais l’écrit c’est pas mon fort, je dois me faire violence et m’entraîner. J’ai aussi eu plusieurs blogs, un rêve de jeune adulte pour ma part vu mon âge 😅
    Quant au podcast, j’en ai fait, j’ai stoppé, j’aimerai reprendre, mais je n’ai pas envie d’en faire une pub pour des laines et des modèles. Je ne me reprendrait peut être jamais, à suivre.
    Des bises.
    Ivana

    Répondre à ce message

    • Vanessa Pesades , le mercredi 30 octobre 2019, à 19:47

      C’est intéressant que tu parles d’enthousiasme, tu mets vraiment le doigt sur quelque chose je pense. Quand on n’a pas d’arrière-pensée, cet enthousiasme peut effectivement nous mener sur des sentiers qui ne nous conviennent pas et ce sans qu’on s’en rende compte immédiatement.

      Tiens-nous au courant pour la suite, si jamais tu te décides, je suis certaine que pas mal de personnes aimeront te suivre au vu du message que tu as laissé ici ;)

      Des bises et plein de joyeux tricots !

      Répondre à ce message

  • Rotomondade/Lisaleo , le mercredi 30 octobre 2019, à 19:17

    Pour ma part, je continuerai à inventer des tags improbable (j’adore ça :-D), à mettre des choses vraiment inutiles et désintéressées en story (comme des champignons trop beaux !) et je continuerai à faire des petits concours pour 5 personnes afin de faire du concours utiles et pas pour qu’on me suive mais pour faire plaisir en vrai.
    Bref, je te rejoins parfaitement et je garderai mon compte Ig pour voir des jolies choses, suivre des personnes intéressantes comme toi en mode "j’apprécie" !
    Merci à toi petite étoile de mer ;-)

    Répondre à ce message

    • Vanessa Pesades , le mercredi 30 octobre 2019, à 19:36

      Les tags improbables.... j’adore tomber là-dessus et sourire en me demandant combien les ont vus !
      Je te retourne les remerciements <3 Voilà un bien joli nom pour notre bulle #étoilesdemer (à une autre époque on aurait dit : nom de code "étoiles de mer"). Voilà on a un signe de ralliement :p

      Répondre à ce message

  • Rotomondade/Lisaleo , le mercredi 30 octobre 2019, à 19:19

    PS : moi, il n’y a pas de beaux mecs musclés qui me suivent... dois-je m’inquiéter ?? :-D

    Répondre à ce message

  • Eveline , le jeudi 31 octobre 2019, à 06:55

    Merci pour cet article . Je suis aussi tiraillée entre le côté positif d’Instagram : depuis 2 ans, j’ai eu de belles inspirations tant en tricot qu’en couture ... mais également son côté très négatif et notamment les concours et partenariats. Je ne participe plus au concours (d’ailleurs je ne gagne jamais et j’ai remarqué que les gagnants sont souvent des gens avec beaucoup d’abonnés) , je me suis désabonnée de tous les comptes à partenariat . J’essaie d’y passer moins de temps.

    Répondre à ce message

    • Vanessa Pesades , le jeudi 31 octobre 2019, à 17:13

      Merci à toi pour ton commentaire ! Ca fait bateau, mais je suis réellement super heureuse de chaque commentaire que je reçois comme un cadeau. Je vois qu’on a fini par adopter les mêmes comportements. Chaque tiraillement doit nous interpeller et nous servir à réajuster notre comportement je pense. Les réseaux sociaux n’ont pas fini de faire parler d’eux je pense... ;)

      Répondre à ce message

  • Véronique/Vero172 , le jeudi 31 octobre 2019, à 08:28

    Encore un article très intéressant dans lequel je me retrouve. Après la folie Facebook c’est la démesure Instagram, j’ai fais une pause forcée et je me suis rendue compte que ça me manquait un peu certes, de voir de jolies laines, de jolis tricots mais pas de tomber sur des pubs ou des discours interminables pro ceci ou contre cela. Petite expérience, hier retour sur Instagram j’ai craqué pour une box de bas, si je n’avais pas été sur les réseaux je ne l’aurais pas vue et donc pas craqué. Le problème c’est que tout passe par les réseaux, ou alors il faut s’abonner aux hiboux 🦉📜, et ta boîte déborde de mails que je ne lis pas toujours suivant qui est l’expéditeur et que je m’empresse de supprimer. Pour les concours, j’aime l’idée de recevoir un ptit cadeau, une jolie laine que je ne peux m’offrir bien souvent et ça s’arrête là.
    Je te rejoins sur le côté mercantile du tricot qui a explosé ces dernières années, alors je suis aussi su Patreon 2 personnes, à la hauteur de mes moyens,et je suis contente de cette présence et de ce support pour elles.

    Moi je continue à te suivre, tu es une personne honnête, et je ne suis jamais déçue par ce que tu publie, car il reflète notre passion, et tout ce qui en découle...

    Ma petite Belgique de cœur, plein de gros bisous, car au fil du temps tu es devenue une jolie amitié même hors réseaux 😘😘😘😘

    Répondre à ce message

    • Vanessa Pesades , le jeudi 31 octobre 2019, à 17:08

      Merci pour ton commentaire que tu as pris le temps d’étayer, quel plaisir pour moi ! Je trouve admirable que tu soutiennes deux personnes sur Patreon, elles ont de la chance ;) Et moi aussi au vu de ce que tu me dis, quel joli compliment ! Je t’embrasse très fort aussi, je pense qu’on va se parler plus encore en privé, pour compenser la diminution de mes publications sur insta ;)

      Répondre à ce message

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

.

Bienvenue...


.. sur mon blog tricot ! Tricoter est devenu essentiel pour moi, j’y ai véritablement trouvé ma voie/voix dans tous ses aspects. Ce blog est la porte ouverte vers mon univers, mais aussi vers le tricot en tant qu’art et artisanat. En espérant que, vous aussi, vous y trouviez votre voie/voix. Pour en savoir plus, je vous invite à lire ma rubrique "Causeries" et à vous promener sur le blog ! Bonne visite !

*Lien affilié

Recherche


Me suivre, ailleurs ...


Portfolio